Ma formation

Ma formation est double, sous le signe de la pédagogie et de la création artistique.

 

J'ai commencé par la pédagogie, avec l'Histoire de l'Art, enseignée à l'université UMLV-Paris Est.

Puis je suis allée à Saint-Amand-en-Puisaye, au Cnifop, et suis repartie avec mon CAP de céramiste-tourneur.

J'ai complété mon apprentissage chez divers confrères dont j'apprécie le travail et la personnalité, en particulier Daniel de Montmollin, Charlotte Poulsen, Patricia Cassonne, Shozo Mishikawa, Alain Fichot...

 

Depuis, je propose des "Cours de modelage et de tournage" à mon atelier, pour petits et grands.

Je suis aussi formatrice au Cnifop (Centre international de Formation aux Métiers d'art et de la Céramique), en Bourgogne.

 

Les techniques japonaises et une approche tactile de la création signent ma pédagogie.

 

Ma créativité se nourrit toujours de l'Histoire des arts. J'ai beaucoup observé les formes et la matière grâce à ma thèse de doctorat, consacrée à  Aimé et Louis Duthoit, derniers imagiers du Moyen Âge Ces  sculpteurs du XIXe siècle, également restaurateurs du patrimoine aux côtés de Viollet-le-Duc, m'ont ouvert les yeux et donné l'envie d'éveiller mes mains. Ayant obtenu le Prix du musée d'Orsay et le Prix du Conseil général de la Somme, cette thèse est devenue un beau livre... Merci les Duthoit !

 

J'ai choisi La Charité-sur-Loire, en Bourgogne, pour m'installer. L'énergie du fleuve, la sérénité du prieuré roman et les couchers de soleil sur la Loire m'inspirent. C'est là que je partage mon temps entre la création et la transmission. Création, transmission, une alliance très porteuse.


Le plaisir est d'allier le tournage avec d'autres gestes. Lancer, étirer, creuser dans la masse...

Un immense merci au grand céramiste Shozo Michikawa qui m'a ouvert la voie.


 

 

 

 

 

 

 

Merci à Nicolas Billy, rédacteur en chef de l'Echo charitois. Je me retrouve bien dans son portrait attentif !